preloder
Aquabiking ; pédaler dans l’eau c’est tendance

Aquabiking ; pédaler dans l’eau c’est tendance




Aquacycling, aquavélo, aquabiking, vélo aquatique… Appelez cela comme vous vous voudrez mais rendez-vous à l’évidence : ce sport attire de plus en plus d’adeptes. Le principe ? D’une simplicité biblique : vous êtes assis sur l’un de ces vélos de salle qui font du surplace, sauf que vous êtes en maillot de bain et que le vélo se trouve dans une piscine. Et cela change tout !

Dans l’eau, votre cœur bat moins vite que dans l’air : vous êtes donc susceptible de vous dépasser. De plus, immergé, votre corps est plus léger. Vous ressentez donc moins  les efforts accomplis même si vos muscles travaillent pour repousser le poids de l’eau. les séances durent en général moins d’une heure et vous aurez brûlé plus de graisses que vous ne le pensez avant même d’avoir eu l’occasion de vous plaindre d’une quelconque fatigue !

Notez que ce sport est à ma connaissance le seul qui vous permette de vous faire masser pendant l’effort. Un massage permanent, dû au mouvement de l’eau. Agréable non ?

Les bienfaits de l’aquabiking ne s’arrête pas là. Ce sport permet de muscler rapidement le bas du corps, des mollets à la colonne vertébrale en passant par les cuisses, les fessiers et les abdos. Et tout cela en vous évitant des chocs, donc en préservant vos articulations. Pensez-y : les caresses de l’eau, c’est doux comme le frôlement d’un chat. Et ce sport en vogue est peut-être une bonne occasion pour celles et ceux qui rechignent à faire du sport et de se jeter enfin à l’eau… A propos de liquide, il vous faudra payer. L’aquabiking n’est pas toujours donné. Celles et ceux qui ont la chance d’avoir accès à une piscine municipale où sont dispensés des cours collectifs (partiellement financés par leurs impôts locaux) se doivent d’en profiter. Sinon, il existe une variante, à condition d’habiter au bord de la mer : le longe-côte. Ce sport recrute de plus en plus d’adeptes de tous âges. Bon pour le dos, bon pour le cœur, bon pour l’équilibre, le longe-côte ne maltraite pas vos articulations et vous laisse le soin de choisir l’intensité de votre effort. Il consiste à marcher ou à courir dans l’eau, le long de la côte, comme son intitulé le suggère. Cela se fait à plusieurs, tout en papotant. Il se pratique au printemps comme à l’automne, l’été comme l’hiver, à conditions de s’équiper d’une combinaison en néoprène.

Source : « Vivez mieux et plus longtemps » de Michel Cymes.


Laisser un commentaire

Fermer le menu
Follow by Email
Facebook
Google+
Twitter
Pinterest