preloder
Insomnie, pathologie du sommeil

Insomnie, pathologie du sommeil

On estime qu’1 Français sur 5 souffre d’insomnie. Cette insomnie est sévère dans 9 % des cas. Elle se traduit par un sommeil de mauvaise qualité avec des difficultés d’endormissement, des réveils multiples dans la nuit, ou un réveil trop précoce le matin. Elle entraîne toujours un retentissement sur la qualité de la journée : fatigue, irritabilité, troubles de l’humeur, de la mémoire ou de la concentration.



Occasionnelle ou transitoire, elle est liée à un événement particulier ou à un environnement perturbant. Chronique, évoluant sur des mois voire des années, ses causes sont alors le plus souvent psychologiques.

L’insomnie symptôme ou maladie ?

L’anxiété, le stress et la dépression sont à l’origine de plus de la moitié des insomnies.
Chez l’anxieux, il s’agit le plus souvent de difficultés d’endormissement car la personne a du mal à se relaxer avec beaucoup de pensées et de préoccupations qui surviennent au moment du coucher. En cas de stress, les difficultés prédominantes touchent la seconde moitié de nuit avec l’impression de somnoler à partir de 4 ou 5 heures du matin. La dépression se traduit principalement par des éveils précoces en milieu et fin de nuit. L’insomnie est dans ce cas souvent le premier signe de la maladie dépressive.

L’insomnie peut-être secondaire à une maladie connue comme une hyperthyroïdie, un reflux gastro-œsophagien, un asthme nocturne, des rhumatismes…
Certaines maladies exclusivement liées au sommeil provoquent une insomnie :
le syndrome des jambes sans repos avec au coucher des sensations très désagréables dans les jambes qui obligent à se lever et à bouger. Dans ces conditions l’endormissement est très laborieux.
les apnées du sommeil, pauses de la respiration de plus de dix secondes avec luttes respiratoires au cours de la nuit qui morcellent le sommeil.

D’autres insomnies sont secondaires à des erreurs d’hygiène de vie ou des causes environnementales. Par exemple, le café est un excitant qui provoque ou entretient un mauvais sommeil. De même, un rythme de vie irrégulier ou un environnement bruyant, déstructurent le sommeil.

L’insomnie psychophysiologique apparaît généralement après une période d’insomnie dont la cause est connue : période de stress, dépression, maladie grave… Alors que la cause a disparu, l’insomnie persiste par un mécanisme de conditionnement qui s’auto-entretient principalement par la peur de ne pas dormir. Elle évolue ensuite pour son propre compte.

L’insomnie est un signal de votre corps qu’il faut expliquer et soigner. Parlez-en à votre médecin.




Quelques conseils pour mieux dormir

  • – Évitez tous les excitants, café, thé, vitamine C, coca-cola…
  • – Évitez de pratiquer un sport ainsi que toutes activités très stimulantes après 18-19 heures.
  • – Favorisez les activités relaxantes le soir : lecture, musique, télé.
  • – Ne faites pas de repas trop copieux le soir et évitez l’alcool au dîner.
  • – Respectez votre rythme de sommeil.
  • – Réservez la chambre au sommeil et à l’activité sexuelle en évitant de regarder la télé au lit, de travailler ou de manger au lit.
  • – Un bain tiède au moins 2 heures avant le coucher aide à la détente et augmente la profondeur du sommeil.
  • – Ne vous couchez que lorsque vous ressentez des signaux de sommeil (bâillements, nuque lourde, yeux qui piquent…)
  • – Suivez les signaux d’éveil que vous adresse votre corps : si vous n’arrivez pas à dormir ou si vous êtes réveillé depuis plus de 20 minutes, levez-vous et faites autre chose.
  • – Si vous êtes réveillé le matin, ne cherchez pas à prolonger votre sommeil à tout prix, mais au contraire, levez-vous et commencez votre journée.
  • N’utilisez pas de médicament tout seul, parlez-en à votre médecin.




Sources : conseil scientifique de l’INSV, Dr Sylvie Royant-Parola, Pr Pierre Escourrau et institut-sommeil-vigilance.org

Fermer le menu
Follow by Email
Facebook
Google+
Twitter
Pinterest