preloder
Les jeûnes thérapeutiques

Les jeûnes thérapeutiques



Jeûner est le moyen de guérison le plus ancien. « Jeûne » était synonyme de « purification » : éliminant les causes de la maladie, c’est-à-dire « l’encrassement » de l’organisme. Hippocrate avait dit :  » Plus vous nourrissez un malade, plus vous lui nuisez ». Dans les temps anciens, on jeûnait souvent, non seulement pour obtenir des guérisons physiques, mais aussi parce que, associé à la prière, cela procurait des bénédictions spirituelles. Un enseignement des méthodes de la pratique du jeûne était alors suffisant : aucune surveillance médicale n’était nécessaire.

Le retour du jeûne

Aux États-Unis et en Suisse existent des « maisons de convalescence » pour des jeûnes ou des cures diététiques. ce phénomène commence également en France. Il est souvent dit ou écrit que le jeûne est dangereux et ne doit être pratiqué que sous surveillance médicale. Ces notions livrées au grand public à la seule fin de préserver les intérêts de quelques cliniques ou centres réservés à des clientèles aisées. Il est possible de jeûner simplement, sans surveillance médicale, tant qu’il s’agit de jeûne de courte durée. Cependant pour déterminer la notion de courte durée, il est conseillé de consulter un médecin, ce qui demeure différent de la surveillance.

Pourquoi jeûner ?

Comme expliqué par le professeur Henri JOYEUX, le but de cette thérapie élémentaire est « d’éliminer les surcharges » de l’organises, toujours secondaires aux déséquilibres alimentaires, à la surnutrition et à la malnutrition.

Le jeûne sans surveillance médicale est donc indiqué en priorité chez les personnes pléthoriques, sans déséquilibre majeur. Exemple : goutteux, tendance à l’obésité, hypercholestérolémie, obésité équilibrée. Le jeûne est indiqué sous surveillance médicale chez les malades. Exemples : diabétiques pléthoriques, maladies de surcharge, cancer, etc…

« Le jeûne purifie le corps » (Hippocrate).

En conclusion, le jeûne a des vertus très intéressantes, néanmoins notez que la surveillance est indispensables aux malades, et une demande de conseil à un médecin est vivement conseillée pour déterminer la durée envisageable permettant de ne pas rendre la pratique du jeûne vicieuse.

Dans un de nos prochains articles nous vous livrerons nos conseils pour savoir « comment jeûner ».



Laisser un commentaire

Fermer le menu
Follow by Email
Facebook
Google+
Twitter
Pinterest