preloder
Manger du (bon) gras est bon pour la santé

Manger du (bon) gras est bon pour la santé



Beaucoup d’entre nous pensent que les graisses alimentaires sont à l’origine de la prise de poids et du stockage de graisse dans le corps. Indispensables au bon fonctionnement de l’organisme, ces graisses sont classées par catégories et il est important de comprendre lesquelles sont à bannir, limiter ou privilégier. Comme évoqué dans l’article sur « les méfaits du sucres » c’est plutôt ce dernier qui contribue à la prise de poids.

Les acides gras trans : à bannir

Les viennoiseries, margarines, les produits à base de pâte feuilletée ou brisée, les biscuits sucrés et salés, plats industriels… en contiennent.
Les acides gras trans sont des graisses issues de l’hydrogénation, un processus qui modifie la structure des molécules d’acides gras leur donnant une texture plus ferme et augmentant leur durée de conservation. C’est pourquoi sur la liste des ingrédients nous pouvons repérer ce mauvais gras par la mention « huile végétale partiellement hydrogénée ». Malheureusement, ces acides gras trans sont omniprésents dans les produits industriels et leur conséquence sur la santé est très inquiétante. Même consommés en faible quantité, ils augmentent considérablement le risque de maladies cardio-vasculaires.

Les acides gras saturés : à limiter

Le beurre, le fromage, les chips, les biscuits, les viandes grasses, l’huile de palme… en contiennent.
Également nécessaires au bon fonctionnement de notre organisme, le constat est qu’il sont consommés en excès, ce qui augmente tout comme les acides gras trans le risque de maladies cardio-vasculaires.

Les acides gras insaturés : à privilégier ou à limiter selon leur catégorie

3 catégories sont à distinguer parmi ces acides gras insaturés :

Les Oméga 3 : à privilégier

  • l’huile de colza, l’huile de lin, l’huile de noix, les noix, les poissons gras (maquereaux, thon, sardines, saumon, etc..), ou encore certains légumes (choux, mâche, cresson) en contiennent.
  • Ces acides gras présentent de nombreuses vertus. Ils permettent le développement du cerveau, des os, des muscles et contribuent fortement à la réduction de risques de maladies cardio-vasculaires.

Les Oméga 6 : à limiter

  • Le fromage, la viande, le beurre, les œufs, l’huile de tournesol, et de nombreux plats industriels en contiennent.
  • Au même titre que les graisses saturées, elles sont consommées en excès par rapport à nos besoins, ce qui réduit l’absorption des oméga 3 et augmente le risque de maladies cardio-vasculaires.

Les Oméga 9 : à privilégier

  • Les amandes, noisettes, l’huile d’olive et l’avocat en contiennent.
  • Ils aident à réduire le taux de mauvais cholestérol (LDL-cholestérol) et favorisent la prévention du diabète et des maladies cardio-vasculaires.

 

En conclusion

Ce n’est pas réellement la quantité de gras que nous consommons mais plutôt la quantité de mauvais gras qui constitue un risque pour notre santé. En effet, les acides gras trans, saturés et oméga 6 sont trop présents dans l’alimentation de certains d’entre nous. En revanche les Oméga 3 y sont trop faiblement présent, ce qui est regrettable au vu des vertus qu’ils possèdent pour la santé, la prévention de certaines maladies, et le développement de certains organes.



Laisser un commentaire

Fermer le menu
Follow by Email
Facebook
Google+
Twitter
Pinterest